VICTIME DE VIOL

Témoignages pour soutenir les victimes

Des témoignages pour soutenir les victimes de viol. Accompagnement écrivain biographe, témoignage victime de viol

Certification Voltaire

Dans le cadre de la libération de la parole des femmes, j’invite toutes les femmes victimes d’agressions sexuelles, enfant ou adulte à me confier leurs témoignages pour que j’en fasse un récit de vie guérisseur et thérapeutique. Je suis une passeuse qui vous aidera à mettre des mots sur vos maux et à passer de la souffrance à la résilience. Les souffrances liées à l’agression sexuelle souvent tues jusqu’à ce que la parole libère. C’est pourquoi le livre de votre vie vous permettra de vous libérer de vos souffrances passées et d’obtenir une parole
libre, un témoignage inscrit sur le papier et la possibilité d’une délivrance profonde de vos traumas.

Je m’attarde tout spécialement aux non-dits liés à l’inceste qui fait intrusion dans certaines vies de manière impromptue, provoque des ravages et fait exploser le psychisme au point de provoquer des phénomènes de dissociation, voire de psychose.

Témoignage victime de viol

Témoignage victime de viol

Beaucoup d’avancées se sont réalisées depuis l’apparition sur la scène publique du mouvement me too. On sait par exemple qu’un Français sur 10 confie avoir été victime d’inceste, soit environ 6,7 millions de personnes, selon une étude Ipsos. Voici un article paru dans Elle, éloquent.
LA FILLETTE AUX PIEDS NUS

Témoignage victime de viol

En France, l’inceste continue de détruire des vies.

Chaque année, environ 160.000 enfants sont agressés sexuellement, souvent par un membre de leur famille. Voici les chiffres à avoir en tête pour prendre conscience de l’étendue du cataclysme.

Dévastateur. L’inceste, qui est « une intrusion dans l’intimité de l’enfant à des fins de satisfaction sexuelle », selon Anne Clerc, Déléguée générale de l’association Face à l’inceste, est toujours aussi tabou dans notre société. Invisibilisée et minorée, la parole de la victime a longtemps été complètement inaudible.

En 20 ans, le nombre de victimes d’inceste a triplé. Malgré la parution du livre de Camille Kouchner, « La familia grande », et les révélations sur ce que l’on a baptisé « l’af aire
Duhamel » et le hashtag #MeTooInceste, l’omerta persiste. Après la parution d’un entretien exclusif d’Emmanuelle Béart dans le ELLE concernant l’inceste qu’elle a subi, on fait le point sur les chiffres à connaître pour prendre conscience de ce fléau bien plus répandu que ce que l’on croit.

UN FRANÇAIS SUR 10 A ÉTÉ VICTIME D’INCESTE

Un constat glaçant. D’après le dernier sondage Ipsos réalisé pour l’association Face à l’inceste en novembre 2020, un Français sur 10 confie avoir été victime d’inceste, soit environ 6,7 millions de personnes. Cela représente trois élèves dans une classe qui en compte 30. Un chiffre en hausse, puisqu’en 2009, le nombre de victimes s’élevait à 2 millions, selon un premier sondage de l’institut.

Ipsos estime par ailleurs que cette augmentation est en corrélation directe avec la libération de la parole provoquée par le mouvement #MeToo. Si les garçons sont également concernés, il semblerait que les filles en soient les principales victimes, selon le même sondage qui indique que 8 victimes sur 10 sont des femmes. La première agression sexuelle survient en moyenne autour de l’âge de 9 ans.

Témoignage victime de viol

Témoignage victime de viol

96 % DES AGRESSEURS SONT DES HOMMES

Père, oncle, frère, grand-père… dans la majorité des cas, les agresseurs sont des hommes, selon le sondage Ipsos. Une étude de L’Institut national d’études démographiques (Ined), publiée en juin 2023, qui s’appuie elle-même sur une enquête réalisée fin 2021 par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), souligne que 35,7 % des femmes victimes d’inceste af irment l’avoir subi par un homme de leur famille.
Une violence intra-familiale sur trois (32,7 %) a été commise par le père ou le beau-père. Les oncles (17,9 %), les cousins (14,4 %) et les frères (14,1 %) sont ensuite les principaux agresseurs. Les garçons sont, eux, le plus souvent victimes de leurs frères (21,8 %), suivis des pères ou beaux-pères (20,7 %), des cousins (17,8 %) et des oncles (16,7 %).
Selon un rapport de la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) publié en novembre 2022, 74,4 % des victimes (hommes et femmes), ayant subi l’inceste par un membre de leur entourage ont confié avoir confiance en leur agresseur.

Lire aussi >> Iris Brey : « L’inceste est le socle des dominations patriarcales »

160.000 ENFANTS AGRESSÉS CHAQUE ANNÉE

D’après le rapport de la Ciivise, 160.000 enfants sont victimes d’agressions sexuelles chaque année. Par ailleurs, un enfant meurt tous les cinq jours dans son environnement familial sous l’ef et de ces violences sexuelles.
La commission alerte également sur la grande vulnérabilité des jeunes en situation de handicap. Ces derniers ont un risque 2,9 fois plus élevé d’être agressé. Ceux qui souf rent d’une déficience intellectuelle y sont, quant à eux, 4,6 fois plus exposés.

70 % DES PLAINTES CLASSÉES SANS SUITE

Selon Anne Clerc, Déléguée générale de l’association Face à l’inceste, « 70 % des plaintes déposées pour des violences sexuelles infligées aux enfants font l’objet d’un classement sans suite par le procureur de la République à l’issue de l’enquête ». Le plus souvent au motif que l’infraction est « insuf isamment caractérisée », ajoute-t-elle. Par ailleurs, la voix des victimes est très souvent inaudible par leur famille, alerte l’activiste : « Dans 9 cas sur 10, lorsqu’un enfant révèle l’inceste, la famille prend parti pour l’agresseur et rejette la victime au profit de la cohésion familiale. »
Pour améliorer le traitement judiciaire de ces af aires, la Ciivise appelle à ce que les auditions d’enfants soient menées dans la bienveillance, par un membre des forces de l’ordre « spécialement formé et habilité » avec un stage réalisé avant toute af ectation sur un poste lié à ce type d’agression sexuelle.

LE #METOOINCESTE A RÉCOLTÉ 80.000 MESSAGES EN DEUX JOURS

Lancé le samedi 16 janvier 2021 sur Twitter, le hashtag #MeTooInceste a récolté plus de 80.000 témoignages en moins de deux jours. Dans le sillage de l’af aire Olivier Duhamel, il a été initié par des membres du collectif féministe #NousToutes.
Des milliers d’internautes, en majorité des femmes, ont raconté leur agression sexuelle, parfois en nommant un oncle, un père, un cousin ou un beau-père. Les victimes relatent non seulement les faits, mais aussi l’injonction au silence et l’isolement subi au sein même de leur famille.

L’INCESTE COÛTE 10 MILLIARDS D’EUROS PAR AN

Selon un avis de la Ciivise, publié le 12 juin dernier, le coût des violences sexuelles sur les mineurs est d’environ 10 milliards d’euros par an. Sur l’ensemble de ce montant, trois milliards sont des dépenses engagées en réponse immédiate et ponctuelle aux victimes : accompagnement, services de police, de gendarmerie et de justice, prise en charge médicale immédiate.
Mais le plus gros poste de dépense est lié aux conséquences à long terme sur la santé des victimes. La Commission estime à 6,7 milliards chaque année la somme des dépenses induites par le psychotraumatisme et les richesses non créées, dont notamment 2 milliards pour les troubles mentaux, 1 milliard pour les consultations médicales, 2,6 milliards d’euros de dommages liés à des conduites à risque.

orientée dans le récit autobiographique

Stéphanie Krug vous propose

× Comment puis-je vous aider ?